Accouchement par voie basse après césarienne

Est-ce qu’il m’est possible d’avoir un accouchement traditionnel?

Bon nombre de femmes ayant déjà donné naissance par césarienne peuvent encore accoucher normalement par voie vaginale, et ce, en toute sécurité. Les tentatives d’accouchement vaginal chez les patientes ayant déjà subi une césarienne ont un taux de réussite élevé (>70%) et comportent beaucoup d’avantages.

 

Sans attendre l’échec d’une tentative d’accouchement vaginal, une nouvelle césarienne peut être pratiquée.

Il arrive que, à l’occasion, compte tenu des circonstances ou des antécédents médicaux, l’Accouchement Vaginal Après Césarienne (AVAC) constitue un mauvais choix pour la patiente; dans un pareil cas, il serait recommandé de pratiquer une nouvelle césarienne. Discutez avec le Docteur ARDIET pour savoir si l’AVAC est indiqué dans votre cas.

 

Renseignements sur l’accouchement vaginal chez une patiente ayant déjà subi une césarienne (AVAC)

Les accouchements par césarienne sont de plus en plus fréquents. Ils représentent de 15 à 25% de tous les accouchements en France. Ce type d’accouchement est pratiqué pour différentes raisons:

      • - un travail lent ou difficile (dystocie)
      • - la mère a déjà subi une césarienne lors d’un accouchement antérieur
      • - le foetus se présente par le siège
      • - le foetus ne tolère pas la progression du travail

Étant donné que la césarienne laisse une cicatrice sur la paroi de l’utérus, les médecins préconisent parfois la pratique d’une nouvelle césarienne chez les patientes en ayant déjà subi une plutôt que de faire une tentative d’accouchement vaginal. Cependant, l’accouchement vaginal demeure une option sûre pour une majorité de femmes ayant déjà subi une césarienne.

 

Avantages de l’accouchement vaginal

L’accouchement vaginal comporte plusieurs avantages par rapport à la pratique d’une nouvelle césarienne :

      •  réduction des pertes sanguines
      • réduction des lésions et des risques d’infection
      • élimination des complications liées à la chirurgie
      • séjour écourté à l’hôpital
      • récupération plus rapide
      • moins de douleur

 

Risques liés à l’AVAC

Une césarienne laisse une cicatrice sur l’utérus. Cette zone affaiblie peut se déchirer pendant le travail; c’est ce qu’on appelle une rupture utérine. Lorsque cela se produit, il faut pratiquer une césarienne d’urgence. La patiente peut alors avoir besoin d’une transfusion ou d’une hystérectomie. Il est aussi possible que le bébé en subisse des effets. Le risque de rupture utérine peut être estimé à 1 AVAC sur 1000 environ; ce risque est majoré dans certaines situations (déclenchement artificiel du travail par exemple).

 

Que se passe-t-il si j’ai déjà subi deux césariennes ou plus?

L’AVAC demeure une possibilité, bien que le risque de complications soit légèrement plus élevé. Toutefois, la réalisation d’une césarienne programmée avant travail est la solution retenue le plus souvent.

 

Ce qu’il faut savoir

Pour réduire les risques dans le cadre d’un AVAC, on privilégie le travail spontané par rapport au déclenchement du travail. Le Docteur ARDIET étudiera votre dossier chirurgical et s’entretiendra avec vous pour voir si l’AVAC est indiqué dans votre cas. Assurez-vous que votre médecin a vos dossiers chirurgicaux antérieurs en main.

 

 

La péridurale demeure-t-elle possible?

Oui. La péridurale est souvent effectuée pendant un AVAC, elle est souhaitable en général.

 

 

 

Fiche d’information adaptée de celle proposée par la SOGC (Société des Obstétriciens et Gynécologues du Canada). Pour le moment, le CNGOF ne propose pas de fiche d’information.